La bibliothécaire

Publié le par Léthée

Je me suis plongée dans la lecture de La Bibliothécaire de Gudule. Faisant partie de la liste officielle de Littérature Jeunesse pour le concours de Professeur des Ecoles, je me disais qu’il était judicieux de passer par cet ouvrage au titre plus qu’alléchant. Le thème semblait idéal : la préoccupation de fond est la place du livre dans la vie d’un enfant. Le souci principal, c’est une écriture trop simple à haute teneur démago. Les enfants y parlent un langage familier disgracieux. Sans vouloir verser dans le conte de fées, on peut écrire un livre pour enfant, avec des enfants, en employant un langage plus soigné. Certains passages doivent être, pour la lecture à voix haute, un véritable cauchemar. De plus, on comprend vite pourquoi l’éducation nationale a retenu l’ouvrage dans sa liste de choix. La clé de l’énigme est à l’image de la manière dont on souhaite faire enseigner les professeurs des écoles. En effet, la méthodologie est d’un sens dessus-dessous. Dans ce livre, il faut écrire pour résoudre les problèmes. J’avais plutôt imaginé qu’il fallait d’abord lire avant d’exercer sa plume. Cependant, en lecture cursive, le livre peut s'avérer être d'une bonne distraction, si tant est que la distraction des enfants puisse effectivement se trouver dans leur propre univers.

Publié dans Archives Littéraires

Commenter cet article