Un extrait de Malone meurt, de Samuel Beckett

Publié le par Léthée

A l'approche du vingtième anniversaire de sa mort, j'ai choisi de vous mettre quelques extraits de ses livres. Avant de publier un article lui rendant hommage. J'espère que vous apprécierez.

"J'ai remué un peu mes affaires, les séparant les unes des autres et les amenant vers moi, pour mieux les voir. Je ne me trompais pas de beaucoup en croyant bien les posséder, dans ma tête, et pouvoir en parler, d'un moment à l'autre, sans les regarder. Mais je voulais en être certain. J'ai bien fait. Car je sais maintenant que l'image de ces objets où je me suis complu jusqu'à présent, si elle était juste dans l'ensemble, ne l'était pas dans le détail. Or je ne tiens pas à manquer cette unique occasion où une sorte de vérité s'annonce possible et, de ce fait, s'impose presque. Je veux qu'ici enfin tout à peu près soit banni. Je veux être en mesure, quand viendra le grand jour, d'annoncer clairement, sans rien ajouter ni omettre, tout ce que sa longue attente m'aura apporté, et laissé, en fait de biens matériels. Ca doit être une obsession."

Samuel Beckett, Malone meurt, Minuit, page 36.

Publié dans Archives Littéraires

Commenter cet article

stefano nubrini 18/01/2010 22:01


Beckett.... Y a t-il meilleur hommage que ses propres mots!? J aime l entête de votre blog Schiele, Munch, Beckett, Kundera, Cioran, Beethoven... vous visez haut!


Léthée 15/03/2010 12:01


Merci pour votre message. Je suis contente d'avoir des lecteurs "satisfaits", ou au moins, contents de leur visite. :) Ca donne envie de continuer à partager passions et émotions.