Svastika de Tanizaki

Publié le par Léthée

Achevé le 8 août 2007 dans une chaleur de sable atténuée légèrement par quelques brasses dans une mer transparente, cet ouvrage est à la fois d'une complexité psychologique étonnante et d'une lecture très accessible. Bien que Sonoko, la narratrice rapportant cette histoire à un grand écrivain, nous laisse dès le début supposer le dénouement tragique vers lequel nous allons, nous n'imaginons pas sa complexité, et il est impossible de se résoudre à tant d'immaturité, tant de passion dévorante et inutile. Le japon des années 30 souffrait-il vraiment ainsi ? Il est impensable de délocaliser cette tragédie, ni même de changer sa temporalité. Cela dit, avant de lire un tel déchaînement de passions dévastatrices tout autant qu'incompréhensibles, il était impensable d'imaginer une telle histoire. A l'image de ses Confessions impudiques, Tanizaki offre ici tout un univers où les femmes, une fois encore, se montrent capables du pire pour assouvir leurs passions, leurs exigences. Trahison, mensonge, complot : entrez à votre tour dans un labyrinthe de sentiments dévorants.

 

Publié dans Archives Littéraires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article