L'attentat, de Yasmina Khadra

Publié le par Léthée

[Présentation de l'éditeur

 

Dans un restaurant bondé de Tel-Aviv, une femme fait exploser une bombe qu'elle dissimulait sous sa robe de grossesse. Toute la journée, le docteur Amine, Israélien d'origine arabe opère à la chaîne les innombrables victimes de cet attentat atroce. Au milieu de la nuit, on le rappelle d'urgence à l'hôpital pour lui apprendre sans ménagement que la kamikaze est sa propre femme. Il faudra l'audace rare de Yasmina Khadra pour oser aborder un tel sujet. Dans ce roman extraordinaire, on retrouve toute la générosité d'un écrivain qui n'en finit pas d'étonner par son imaginaire et son humanisme.
Biographie de l'auteur

 

Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en 1955 dans la Sahara algérien. Il est aujourd'hui l'une des plus importantes voix du monde arabe et un digne ambassadeur de la langue française. Ses romans sont traduits dans dix-sept pays et rencontrent un intérêt grandissant. Les Hirondelles de Kaboul, traduit aux USA par John Cullen est soutenu par les plus importants libraires américains et canadiens, a été élu Meilleur livre de l'année aux Etats-Unis par le San Francisco Chronicle et le Christian Sciences Monitor. Le prix Nobel J.M. Coetzee voit en cet écrivain prolifique un romancier de premier ordre. ]

 

 

Ce prix des libraires 2006 est un petit régal. A partir du choc provoqué par la nouvelle annoncée par la police, il y a d’abord le déni. C’est un déni que la foule prend d'emblée pour un mensonge. « Bien sûr qu'il était au courant », pour les habitants de sa propre rue, il est évident qu'Amine avait programmé de concert avec elle la mort de sa femme, et celle des étudiants présents dans le restaurant. Personne autour ne peut imaginer qu'une femme, arabe de surcroît, puisse tenir un tel secret à côté de son mari. Dans les couples arabes, c'est L'HOMME qui porte la culotte, et lui qui décide de conduire sa femme au sacrifice.

 

L'auteur nous emmène au fil des pages dans un labyrinthe de sentiments que personne n'imagine. Amine n'est pas coupable, même pas complice. Dérouté au fil de ses découvertes, il apprend peu à peu à apprivoiser le fait d'avoir vécu une idylle à sens unique, d'avoir habité un paradis où le démon faisait son nid, petit à petit. L'homme, ici, n'est non seulement pas tout puissant mais il n'est rien. Il perd ses repères, ses certitudes, son confort. Le monde tout autour lui retire encore davantage : sa fierté, son honneur et pire encore : sa bonté. Cet ouvrage nous mène sur un terrain dangereux, avec beaucoup de talent : comment en vient-on à commettre le pire ? Il n'y a souvent qu'un petit pas à franchir.

 

Publié dans Archives Littéraires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article