L'enfant et la rivière, de Henri Bosco

Publié le par Léthée Hurtebise

« L'âme se manifesta vers minuit. Elle marcha le long du rivage, écarta un buisson et descendit sur la grève. Elle m'y apparut, comme une petite blancheur. Cette blancheur erra un moment, puis s'approcha de l'eau. C'est alors que je perdis la tête. Je détachai la barque du mouillage, et tout doucement, à la perche, je la poussai. Elle m'obéit et se mit à glisser sur l'eau noire. »

 

Les aventures de Pascalet, lorsqu’il rencontre la rivière, ont le goût de la tentation. Récit d’enfance, récit d’initiation, ce petit bijou de langue divine a de quoi plaire autant aux adultes qu’aux petits. Pascalet découvre tout à la fois la peur, la solitude, le danger réel comme celui qu’on aime s’inventer parce que cette peur-la « est délicieuse », l’amitié, la culpabilité, la fierté et le courage. Henri Bosco décrit à merveille ces sentiments lorsqu’ils sont éprouvés par un enfant, une âme neuve et vierge. A lire pour le plaisir quand on est adulte, et pour pleins d’autres raisons secrètes lorsqu’on est enfant.

 

 

Publié dans Archives Littéraires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nadège 04/11/2008 21:06

Pour changer un peu le registre de mes lectures, je pense que ça me plairait bien.Bonne soirée.

Léthée 04/11/2008 21:47


Oui. C'est une littérature douce et très poétique. Ca te plaira je pense !