Fuir de Jean-Philippe TOUSSAINT

Publié le par Léthée Hurtebise

«  (…)». Le quatrième de couverture du dernier prix Médicis, Fuir de Jean-Philippe TOUSSAINT paru aux éditions de Minuit introduit rapidement une intrigue un peu curieuse. Le narrateur part en Chine, et c’est là-bas qu’on lui offre un cadeau empoisonné nommé « téléphone portable » : est-ce pour le pister ? Il n’y a pas d’entité plus efficace pour nous surveiller que ce petit objet-espion que l’homme range dans la poche de sa veste. Dans Faire l’amour le narrateur venait de quitter Marie, dans Fuir il finit par aller la retrouver. Ce téléphone qui lui fait tant peur à cause de la mort et du sexe lui fera manquer l’émancipation sexuelle et la fuite même. Quand on rencontre une femme, on ne devrait jamais décrocher le téléphone au risque d’avoir à la quitter subitement. Quand on en quitte une autre, on ne devrait jamais décrocher le téléphone, au risque de s’y heurter à nouveau.

C’est ça, l’histoire sans fin du narrateur de Jean-Philippe TOUSSAINT, un incessant va-et-vient qui fait mal, et qui perdure. D’une écriture simple et belle, l’auteur nous peint de biens beaux mouvements du cœur de l’homme. Un conseil cependant : lisez Faire l’amour avant. Il ne vous en coûtera qu’un double plaisir.

  

© Léthée Hurtebise - 20/01/2006 - pour LPL n°3

 

Publié dans Archives Littéraires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article