Fête enflammée autour d'un jeune cadavre échoué dans la garrigue

Publié le par Léthée

LE CADAVRE ET LE SOFA  
de Tony Sandoval 
BD sortie en février 2007
Aux Editions Paquet


L’AUTEUR (source : BDGest)
Tony Sandoval vient de Esperanza, Sonora, au Nord-est de Mexico. Après avoir travaillé quelques années dans des agences locales de graphisme et de design, il décide de s'orienter vers l'illustration et la bande dessinée. Il participe à de nombreuses anthologies et expositions et se lance dans l’autoédition. Depuis, il a réalisé plusieurs livres pour enfants et quelques albums de BD. « Vieille Amérique », scénarisée par Wander Antunes, est sa première parution en Europe (disponible depuis avril 2005).


Christian a disparu, et plus personne dans la ville ne sort pour jouer, excepté Polo qui préfère explorer les vastes prairies du coin. Il y rencontre Sophie, avec qui il va se retrouver plongé dans le mystère de la mort de Christian quand ils découvriront son corps sans vie au beau milieu de nulle part. Ils vont passer l’été a observer les états de décomposition du cadavre de Christian sur un vieux sofa qui d’une certaine façon, semble lié à Christian. A cette histoire, des gens étranges de la ville et éventuellement des loups garous seront ajoutés, offrant un épilogue plutôt étonnant.


L’ARGUMENTAIRE (de BDGest)

 

 

:
- Un dessin proche de l’illustration avec des jeux sur les styles suivant le déroulement de l’histoire.
- Une narration subtile, une maîtrise littéraire assez impressionante.
- Une histoire étonnante, mêlant un style intimiste et des passages fantastiques saupoudrés de références à l’horreur.

Mon avis :

Au départ, en voyant la couverture, je me suis dit qu'il s'agissait d'une BD pour adultes, bien sûr, étant donné l'ambiance torturée dûe aux couleurs, au vent, et à l'attitude des personnages. Mais je pensais qu'il s'agissait d'une BD "gentillette", à cause de l'aspect "bébé" du visage des personnages. Outre les indications données par l'argumentaire de BDGest, qui, somme toute, présente de manière très judicieuse l'ouvrage en question, il faut souligner le caractère bien particulier de l'univers dévoilé par l'auteur Tony Sandoval. Il ne s'agit donc pas d'une BD pour enfants : 
Les thèmes sont en effet assez proches du fantastique mais aussi de l'enfance : premiers amours d'été, loups-garous, phénomènes inexpliqués, mystères irrésolus... mais aussi la mort, la séparation, l'occulte.
Il règne dans l'ouvrage une ambiance "désenchantée" en même temps que très enfantine. Si bien que lorsque les personnages "font l'amour", on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi ils ont pourtant autant l'air d'être des enfants (cf : le morveux). Lorsque Polo découvre un cadavre, on se demande si il rêve. La séance de photos dans l'usine désafectée ressemble à un délire d'ados gothiques.
Bien sûr, beaucoup de choses disparaissent à la fin de l'histoire : et quand des éléments clé disparaissent, on pense aussitôt, en tant que lecteur, que l'imaginaire est venu greffer quelques phénomènes sur la réalité.
Il faudrait pourtant ne pas s'y tromper : l'épilogue est là pour nous rappeler que finalement... il y avait peut-être davantage encore d'ingrédients étranges et sublimes dans cet été déjà particulier.

C'est agréable à lire, et le dessin, en effet proche de l'illustration, a ceci d'étonnant qu'il se situe à la frontière de l'enfantin et du gothique.

Si je devais rapprocher cette BD d'un film, ce serait sans aucun doute Tideland, de Terry Gilliam, dont je vous fais cadeau ici de quelques illustrations, empruntées sur Allociné.com. C'est une BD à découvrir absolument. Il est presque impossible que le dessin déplaise tellement il se rapproche de genres très différentes les uns des autres. Les amateurs de gothique, d'ambiances étranges, de mystères y trouveront leur compte aussi. Découvrez-la, rien que pour Polo, un personnage très attachant, et pour Sophie, un personnage... des plus troublants !


Publié dans Archives Littéraires

Commenter cet article

Midola 25/02/2009 11:53

Ton billet donne vraiment envie de découvrir cette bande dessinée !

Léthée 03/03/2009 22:45


Oui, j'en ai d'autres en réserve, mais pas du même auteur !


liliba 22/02/2009 21:53

J'adore les dessins !

Léthée 23/02/2009 15:16


Pour moi, le dessin d'un BD est le premier critère indispensable : si le dessin, de loin, ne me plait pas, et bien je ne m'approche meme pas de la BD. C'est dire si parfois je suis idiote car il
m'arrive d'aimer le dessin d'une couverture, par exemple une BD qui s'appelle Sambre je crois, et je n'ai aimé ni l'histoire ni le dessin à l'intérieur. A l'inverse, je suis sûre que je loupe des
bijoux...


Laetitia la liseuse 22/02/2009 21:05

Je voulais lire ce titre là et puis j'ai vu en librairie que le nouvel album de Sandoval venait tout juste de sortir, Nocturno. J'aurais du rester sur ma première lancée car je n'ai pas vraiment aimé Nocturno. Je n'ai pas accroché bien que l'univers du métal me plaise. Je vais quand même retenter avec Le cadavre et le sofa.

Léthée 11/04/2009 11:28


Alors? Tu l'as lu depuis ? :)


Lael 22/02/2009 14:06

zut mon premier commentaire n'a pas pris!! en plus il était long! bien qu'est ce que je disais! ah oui bien que je ne sois pas trop bd, je note celle-ci car  tu as su attisé ma curiosité et mon envie de la lire! pourquoi ? et bien ton rapprochement avec Tideland y est pour beaucoup! j'ai lu le livre, j'avais adoré tellement que je n'ose pas voir le film (trop flippant) je pense! mais la lecture était fantastique bien que légèrement glauque, fantastique au sens positif du terme!!! alors je note!

Léthée 26/03/2009 10:23


Alors ? As-tu découvert la BD depuis ? :)


Ys 20/02/2009 17:09

J'ai lu cette BD il y a un certain temps (debout dans le rayon de la Fnac...) et je me souviens que j'ai trouvé ça vraiment très bizarre, mais bizarre dans le sens limite malsain. Remarque que dans le bizarre Tideland se pose là aussi (je parle du roman, je n'ai pas vu le film)

Léthée 20/02/2009 17:20



C'est exactement ça ! Je n'osais pas le dire. Pour autant, ça n'a pas fait que je ne puisse pas apprécier la BD. Car justement, son côté dérangeant attise la curiosité bizarrement, car après
tout, ce n'est qu'une BD. Mais c'est très étrange en effet. D'où mon rapprochement avec Tideland.