Double dernier jour d'un condamné - Hugo adapté par Stanislas Gros

Publié le par Léthée

Après avoir lu Le procès de Kafka adapté par Clod et Céka en BD chez Akiléos, j'ai voulu continuer mon périple bullé avec Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo. J'ai donc lu ce dernier livre, en prose, puis je me suis attaquée à l'adaptation parue chez Delcourt en mai 2007 (Ô retard quand tu nous tiens !).

C'est un exercice de style auquel tous les classiques ont du mal à échapper : Oliver Twist, Madame Bovary, Don Quichotte (pour plus plus petits !)... et comme il s'agit d'une épreuve, à tous les coups la moindre des choses est de comparer l'adaptation à l'oeuvre originale. Petit rappel concernant l'oeuvre de Victor Hugo, avec la présentation de l'éditeur :
Victor Hugo nous fait vivre intensément les derniers moments d’un être que la justice des hommes a condamné à mort. Espoir et désepoir, joies et souffrances, le séisme moral que subit cet homme, l’électrochoc de sa fin prochaine révoltent le lecteur. Ce livre est si fort, si intense, si éclatant, qu’au fond de notre âme quelque chose se fêle...

Le ton est donné. Badinter, et il a bien raison, en profite pour faire une préface très envolée sur la peine de mort. Le sujet est noir, glauque, et très politisé. On ne peut s'empêcher de se dire : "oh mais.. en France, l'abolition de la peine de mort n'a pas encore 30 ans.". Passons.

Et bien l'auteur de la bande dessinée,
Stanislas Gros, n'enlève rien à la noirceur du sujet. S'eut été impossible d'ailleurs. La mort est donc présente dans toutes les pages, comme le décrit si bien le personnage d'Hugo. Elle rode et s'enroule autour de son corps, remplit l'espace vide de son cachot. Tout est sombre jusqu'à l'échafaud. Les moments les plus forts du roman sont selectionnés : la visite de la fille du condamné, la visite du prêtre, le convoi vers la place de la grève avec le tabac renversé dans la voiture...
Le dessin peut ne pas plaire à tout le monde. Malgré tout, il correspond assez bien à la sobriété de l'espace, épuré par la force des choses.
Si j'avais un conseil à donner aux enseignants qui proposent cet ouvrage, c'est de faire lire la BD en même temps.. surtout aux élèves fâchés avec la lecture ! A lire !

Publié dans Archives Littéraires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article