Magazine des livres n°12

Publié le par Léthée

Depuis le 20 septembre, vous pouvez trouver dans les kiosques le magazine des livres n°12. En couverture.. la rentrée littéraire, bien sûr !
Vous pourrez retrouver cinq de mes articles, non encore disponibles ici. Ils consernent en partie la littérature de Sylvie Testud (que vous pouvez admirer ce soir dans la seconde partie de Sagan, de Diane Kuris, sur France 2. Cependant, vous pourrez découvrir quatre autres conseils de grande lecture, dont voici les résumés :


La saison de mon contentement de Pierrette Fleutiaux (que je salue au passage)

Déclenché par l'apparition d'une femme au second tour des élections présidentielles, un texte lucide et généreux à la fois, qui dit ce qu'est et peut être le féminin, ce à quoi on voudrait le réduire et à quoi parfois il se réduit lui-même. Qui le dit avec émotion, par séquences, par fragments, par sursauts. Tout un territoire de la conscience, souvent négligé ou occulté. C'est une sorte de purgation de sentiments trop longtemps retenus. Un livre qui passe avec une alacrité magnifique de l'intime à l'unanime, de la solitude à la multitude, de soi à l'autre, aux autres. Un livre où l'interrogation remplace l'injonction, un livre sur notre temps et, comme tel, un livre de réflexion.


Dans la main du diable, de Anne-Marie Garat (J'avais critiqué ici il y a peu La rotonde. Sachez que c'est Dans la main du diable qui m'a inspiré la poursuite des investigations littéraires qui m'habitent en ce moment et me font parcourir le reste de son oeuvre. Ne cherchez pas, c'est littérairement thérapeutique)

Automne 1913. A Paris et ailleurs - de Budapest à la Birmanie en passant par Venise -, une jeune femme intrépide, Gabrielle Demachy, mène une périlleuse enquête d'amour, munie, pour tout indice, d'un sulfureux cahier hongrois recelant tous les poisons - des secrets de cœur au secret-défense. Habité par les passions, les complots, le crime, l'espionnage, et par toutes les aventures qu'en ce début du XXe siècle vivent simultanément la science, le cinéma ou l'industrie, Dans la main du diable est une ample et voluptueuse fresque qui inscrit les destinées sentimentales de ses personnages dans l'histoire d'une société dont la modernité est en train de bouleverser les repères. En 1913, Gabrielle Demachy s'avance, lumineuse et ardente, dans les rues de Paris, sur les chemins du Mesnil ; entre l'envol et la chute, entre eaux et sables, la voici qui s'engage dans le roman de sa vie...



Elle s'appelait Sarah, de Tatiana de Rosnay


Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais. Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation. Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans vingt pays.




Le passage de la nuit
, de Haruki Murakami


Pour une nuit, Haruki Murakami nous entraîne dans un Tokyo sombre, onirique, hypnotique. Un éblouissant roman d'atmosphère à la poésie singulière, aux frontières de la réalité et du fantasme, où chaque détail, rétrospectivement, fait sens.

Dans un bar, Mari est plongée dans un livre. Elle boit du thé, fume cigarette sur cigarette. Un musicien surgit, qui la reconnaît. Au même moment, dans une chambre, Eri, la sSur de Mari, dort à poings fermés. Elle ne sait pas que quelqu'un l'observe.

Autour des deux sSurs vont défiler des personnages insolites : une prostituée blessée, une gérante d'hôtel vengeresse, un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Des événements bizarres vont survenir : une télévision qui se met brusquement en marche, un miroir qui garde les reflets.

À Tokyo, le temps d'une nuit, va se nouer un drame étrange…





Publié dans Archives MDL

Commenter cet article